DIJON PRENOIS le 25 Juillet 2013

Situé à Prenois près de la ville Dijon en Bourgogne, le circuit de Dijon-Prenois a été inauguré en 1972.

La longueur totale du Circuit est de 3801 mètres et le tracé non modifié depuis 1975 offre dans un cadre très vallonné des dénivelés techniques (dont la fameuse "Parabolique" et sa pente de 11%) avec une grande majorité de sections très rapides : sur un peu plus de 1100 mètres la "ligne droite de la Fouine" permet de prendre quelques 300 km/h ! (pour les bolides les plus rapides).

      JOURNEE

 

Le matin :

Je me suis levé en un clin d'oeil mais mon dieu que c'était dur. En effet, à cause d'une chaleur accablante, j'ai peu dormi et mal dormi et en plus il est 04h30 du matin.
Initialement je devais partir la veille mais la voiture n'étant pas prête, encore sur chandelles afin de régler le carrossage, me voilà condamné à faire une journée de fou.
Ce matin, je prends donc la destination du circuit de DIJON PRENOIS. Je n'y ai jamais mis les pieds et il est donc nécessaires de prendre la marge de manoeuvre qui s'impose.


Après 3h15 de route, les derniers kilomètres hors autoroute sont un peu long mais laisse présager un circuit en plein nature.


Arrivé sur place vers 08h30, bon nombre de pilote sont présents et le soleil est déjà vif. Mes connaissances de chez Carmaislight et leurs MK Indy sont en train de ravitailler pendant que moi je me gare au coté d'une toute récente Exige V6 CUP.


C'est l'heure du briefing et le moment de prêter attention au déroulement de la journée ainsi que les derniers conseils.

​​

Le midi :

Le midi c'est l'heure d'aller manger. Compte tenu de la chaleur et de la longueur de la journée, je me suis inscrit au tout dernier moment pour profiter du repas organiser par le Club Lotus France. Je suis surpris d'apprendre qu'il faille sortir du circuit pour aller se restaurer et Laurent de Carmaislight me propose de venir avec lui en voiture et à table, let's GO.


Je suis encore plus surpris quand je vois l'auberge qui nous accueille et carrément conquis une fois les petits plats servis. C'est digne d'un restaurant gastronomique, fin, léger et frais. J'apprécie énormément !!!


Autour de la table, les sujets de conversation tournent exclusivement autour de nos prestations et chacun à l'occasion de dire ce qu'il a pensé de sa matinée. Certains même comparents les temps au tour ainsi que les vitesses en courbe.


Le moment est agréable et vite passé, il est 13h30 et il faut déjà repartir à l'assaut de la piste.

​​​

Le soir :

A 17h00, c'est le feu rouge et tous les pilotes sont invités à sortir de piste. J'ai pris les devants 10 minutes plus tôt et il est l'heure de tout remballer, charger la Lotus sur plateau, démonter la lame avant et le nec plus ultra, prendre une bonne douche bien fraîche. Vu la journée, la chaleur, les efforts et le trajet à venir, c'est hyper appréciable.


Il est 18h00 lorsque je suis fin prêt à reprendre le volant mais pour cette fois regagner la capitale. Plus de 3 heures de route, c'est le moment idéal pour repenser aux moments de la journée (ils ont été bons), faire le point sur la voiture (elle a été plus conduisible qu'auparavant), et faire un bilan de la demi-saison (très bon bilan).


Arrivé sur place à Paris, il reste tout de même une tâche pénible, rentrer les voitures et plateau à la maison. Il est 22h00 et je peu enfin me reposer.

      TELEMETRIE

 

Distance Parcourue :

Vmax :

Meilleur Temps :

Vitesse Moyenne :

305 Km

220.1 Km/h

1'37"8

139.9 Km/h

      PLATEAU

 

Plateau assez varié compte tenu que c'est une journée Club Lotus donc réservée aux Lotus et dérivés :

  • De l'Elise S1 et S2

  • De l'Exige S1 et S2

  • Lotus 340R

  • Lotus Seven

  • MK Indy R

  • La nouvelle Exige V6 Cup

  • Opel Speedster Turbo

      REGLAGES

 

Pressions Pneumatiques :

AvG : 1.7bar

AvD : 1.7bar

​ArG : 1.7barrrr

ArD : 1.7bar

Compression Amortisseurs :

AvG : -6

AvD : -6

​ArG : -6

ArD : -6

Barre Anti-roulis : Moyennement Dur

Humidité :                             /

​Température :       24°C       /        32°C    

      PERFORMANCES

 

Sessions du matin :

Je ne connais pas ce circuit et forcément j'appréhende. J'ai 2 raisons supplémentaires d'être inquiet : premièrement j'ai lu bon nombre d'article sur ce circuit et c'est rapide, très rapide et moi je ne suis pas très à l'aise avec les circuits rapides. Deuxièmement, j'ai fait moi même des ajustements sur l'auto et notamment le carrossage que j'ai pas mal modifié sur ma roue avant gauche.


Bon, c'est le moment de se lancer. L'objectif est de se familiariser avec les trajectoires à utiliser afin de sécuriser un maximum le moment ou il faudra attaquer.
Aller le premier tour !!! Oh mon dieu, c'est quoi ce dénivelé de malade. Je n'ai jamais vu un circuit pareil, après 5 tours je fais le constat que tous les virages sont en dévers montant ou descendant. Il y en a même un ou tu as l'impression d'aller droit dans un mur.


Première session finie, je dit ouf et j'ai l'impression d'avoir fait un tour de manège tellement le tracé donne des émotions. Après DIJON, je verrais les autres circuits tout plat et un peu fade autrement.


Bon, il faut enchainer désormais afin de prendre ses marques et voir là ou on peut aller chercher du temps. Le circuit me fait peur ! Il est exigeant tant pour l'auto que le pilote. D'ailleurs je m'en rends compte que je suis en aptné de longs moments. Même en ligne droite ou on peut relâcher habituellement son attention, je suis obligé de cramponné le volant, scruter le compteur pour savoir a combien on est, et surveiller avec attention les panneaux indiqueant la distance avant la courbe droite à venir.


Je fini la matinée avec un temps de 1"43. Je n'ai pas de repère et ne saurai trop dire si c'est bien ou non. Il y en a pas mal qui me double, j'imagine pouvoir aller plus vite.

 

Sessions de l'après-midi :

Après un bon repas, c'est le moment d'attaquer les choses sérieuses, çà va être chaud. Euh, finalement il fait déjà très chaud.

 

Les deux premières sessions sont le moment d'attaquer plus et d'aller titiller mes limites. Résultat des courses, c'est marrant cette expression dans ce contexte, un chrono de 1'39 soit 4 secondes de mieux que le matin par contre je me fait toujours aussi peur.


De retour aux paddocks, je me dis qu'une séance de coaching avec le moniteur du club ne serai pas un luxe. C'est parti, une fois sollicité on monte en voiture et me demande de tourner un tour à 70% de mes capacités. 1er arrêt aux stands afin de me livrer son verdict : conduite propre et niveau permettant d'aller chercher des trajectoires différentes que celles dîtes "d'école". Il faut bien mémoriser et conceptualiser ce qu'il dit et c'est reparti pour mettre en application.
2eme arrêt aux stands et nouveaux conseils : il faut que je prenne la corde plus tôt et que je n'hésite pas à aller chercher les vibreurs. 1 mètre en dehors du point de corde et c'est forcément une perte de temps et une trajectoire ne permettant pas de réaccélérer comme il faut. Le moniteur me laisse en me disant que ce que je dois mettre en oeuvre ne va pas forcément payer tout de suite mais que çà sera le cas une fois maitrisé.


Je repars direct pour une session car il est déjà 16h00. Je m'applique particulièrement a prendre correctement la courbe de "Pouas" (celle qui conditionne la ligne droite) pour claquer un 220Km/h et un chrono de 1'37"8. Je suis fier de moi, mieux dans les trajectoires je sens mieux la voiture et au final je prends un plaisir énorme dans ces dénivelés et courbes rapides. D'ailleurs c'est désormais moi qui double maintenant, à part quelques furieux qui sont vraiment vraiment rapides.


A peine le temps de faire une petite halte que c'est déjà l'heure de repartir pour la dernière session. Je suis chaud et à peine entré en piste, j'entrevois une MK Indy dans les rétros. Chouette, je le laisse passer et m'efforce de lui coller au derrière. Je le tiens sans me forcer, il fait une sortie trop large dans le double gauche et s'excuse pour son retour en piste virulant. A l'aspiration, je le double dans la ligne droite. Maintenant que je suis devant, c'est moi qui ai la pression. Je regarde dans les rétros afin de laisser la porte ouverte si toutefois il était plus rapide. Dans la partie sinueuse ce n'est pas le cas même si son auto est plus efficace avec son rapport poids/puissance largement à son avantage.


Je me prends au jeux, c'est excitant. A la sortie d'un virage, je pêche par excès d'optimisme et part en tête à queue suite à une remise plein gaz trop tôt. Au revoir la MK, c'était pas mal. Quelques tours suivants, je n'ai presque plus d'essence et j'abandonne ce circuit surprenant en me disant que je reviendrais dès que j'en aurai l'occasion.

      BILAN

 

Une journée incroyable sur un circuit qu'il faut impérativement testé. Je suis vraiment bluffé et je n'ai qu'une hâte, c'est d'y revenir le plus tôt possible.

  • google-plus-square
  • twitter-bird2-square
  • facebook-square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now