1/4

Forums & Liens

R19 16S Cabriolet

Pour séduire une nouvelle clientèle sur le marché des GTi familales qu'il a abandonné depuis l'arrêt des R18 turbo et R11 turbo, Renault a conçu sur la base de sa 19, un modèle qui se démarque du lot par son homogénéité plus que par ses performances... Exit le turbo, place au moteur atmosphérique multisoupapes. La Renault 19 16s apparaît donc en 1990 après moultes retards (une spécialité maison...) est va ainsi se démarquer de ses rivales par son choix de carrosseries : 3 portes, 4 portes et cabriolet.

Sur le plan du design, la présentation de ce modèle est bien évidemment spécifique et comprend entre autres des boucliers sports, une originale sortie d'échappement ovale, des juppes latérales, un bequet de coffre et des sièges type baquet. Très sobre le kit carrosserie de la 19 16s permet néanmoins de la distinguer de ses soeurs au premier coup d'oeil. Voilà donc de quoi aller conquérir le marché des berlines compactes sportives, très prisé en Europe. N'oublions pas non plus qu'à cette époque là, la référence en Europe s'appelle Golf II GTI 16s et a fait sa place chez les sportives multisoupapes depuis 4 ans.

Le véritable point fort de la Renault 19 16S est assurément sa partie châssis que les techniciens de Billancourt se sont attachés à développer. Il faut reconnaître qu'ils ont eut le temps de bien faire vu les retards enregistrés ! Profitant ainsi pleinement de la mise au point de la version groupe A avec Jean Ragnotti notamment, la 16 soupapes de route semble surdimensionnée pour sa mécanique.

Equipée à l'avant de classiques Mc-Pherson triangulés et à l'arrière de l'essieu maison à 4 barres, la 19 16S impressionne en matière de comportement routier et d'efficacité. Son train avant remarquable en motricité est un modèle de précision. Gràce à ses trains roulants revus (géométrie spécifique, suspension raffermie, ressorts, barres antiroulis), l'éfficacité de la Renault est diabolique. L'adhérence latérale est absolument bluffante et on regrette de ne pas en avoir plus sous la pédale de droite. Facile à conduire et très efficace, la renault se joue des enchainements de virages rapides.

Preuve du travail d'orfèvre effectué coté châssis, l'emblématique Clio Williams reprendra le train avant de la 19 16S.

Coté moteur, la R19 dispose d'une nouvelle motorisation (F7P) qu'elle a l'honneur d'étréner. Grâce à sa culasse 16 soupapes; celui-ci développe 140ch. Plus écologique et plus économiques, les moteurs multisoupapes sont aussi plus fiables et moins couteux à fabriquer que les modèles turbocompressés. Comme sur toute mécanique moderne, allumage et injection sont entièrement cartographiques et couplés.

Malheureusement, handicapée par un creux dans sa courbe de couple entre 3500 et 4500 tr/mn, la R19 16S est peu à l'aise en bas du compte-tours et se prête mieux à une conduite en limite de zone rouge.

C'est à l'intérieur que la politique qualité Renault est la plus notable. Si l'ambiance à bord est plutôt triste, les plastiques sont de qualité, les assemblages soignés et on se sent vite à bord d'une auto cossue. La planche de bord présente un dessin avec une console centrale légèrement inclinée vers le conducteur comme sur les BMW des années 80-90. Toutes les fonctions de confort sont regroupées sur la console centrale (lève-vitres électriques, warnings, fermeture centralisée,…). Petit détail amusant alors, un petit cache était prévu pour masquer l'autoradio.

Malgré cela la dotation de série était plutôt pingre obligeant ainsi le client sportif de puiser dans le catalogue des options avec le pack 1 pour les vitres et rétroviseurs électriques et fermeture centralisée. L'ordinateur de bord est également en option, de même que l'intérieur cuir, le toit ouvrant ou la peinture métal. Le combiné d'instruments affiche des lettrages orangés stylisés tandis que plus près du conducteur le volant trois branches sport est de belle facture.

La version Cabriolet sortie en 1991, renoue avec la tradition d’un modèle découvrable abandonnée chez Renault avec la disparition de la vénérable Caravelle.

Dans les années 90, les cabriolets sont pour les marques des outils d’image, et le marché n’était pas si développé que maintenant. Renault savait très bien que les volumes produits seraient relativement faibles et c’est donc à un sous-traitant que sera confiée la production de la Renault 19 Cabriolet.

​En cette fin des années 80 et au début des années 90, Renault était obsédée par l’Allemagne, son marché, ses standards de qualité, ses sous-traitants, et c’est au pays des saucisses et de la bière que la marque fera produire son cabriolet, chez Karmann !

Le choix de Karmann n’était pas anodin. C’était déjà le carrossier qui fabriquait la Golf Cabriolet, et ses longues années de relation avec Volkswagen étaient pour Renault un gage de qualité et un message envoyé aux clients.

Immédiatement, la R19 découvrable rencontre son public, grâce notamment à sa ligne fluide, grâcieuse et sportive renforcée par son double bossage arrière recouvrant la capote, à ses 4 places et à ses moteurs performants.

Tout semble aller pour le mieux pour le cabriolet Renault, lorsqu’en 1994, c’est le drame : Peugeot sort sa 306 cabriolet dessinée et fabriquée chez Pininfarina, qui ringardise d’un seul coup la R19 Cabriolet.

 

Au total, ce seront 29 222 exemplaires qui s'écouleront entre 1991 et 1997.

A propos de Renault Sport

Fiche Technique

Le groupe Renault est un constructeur automobile français. Le groupe possède des usines et filiales à travers le monde entier. Fondé par les frères Louis, Marcel et Fernand Renault en 1899, il se distingue rapidement par ses innovations, en profitant de l'engouement pour la voiture des "années folles".

 

Il est nationalisé au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en grande partie à cause de la collaboration, présumée, de ses dirigeants avec l'occupant allemand. « Vitrine sociale » du pays, il est privatisé durant les années 1990. Il utilise la course automobile pour assurer la promotion de ses produits et se diversifie dans de nombreux secteurs.

Renault Sport est la branche sportive de la marque automobile française Renault. Elle a été fondée en 1976 à la suite de la fusion des activités sportives d'Alpine et de Gordini, ces deux branches appartenant à Renault.

 

Depuis sa création, Renault Sport a mené les différents programmes sportifs de Renault en endurance, en Formule 1, en rallye et en tourisme. Un département « Voitures de série » a également été lancé en 1995 pour développer les modèles sportifs de la marque.

 

La gamme Renault Sport comprend des modèles de série et des modèles destinés à la compétition (monoplaces et berlines).

 

Liste des modèles de série :

​​

  • 1962-1977 : Alpine A110

  • 1964-1970 : R8 Gordini

  • 1970-1974 : R12 Gordini

  • 1976-1985 : Alpine A310

  • 1976-1982 : R5 Alpine

 

  • 1980-1986 : R5 Turbo

  • 1981-1985 : R18 Turbo

  • 1982-1984 : R5 Alpine Turbo

  • 1983-1985 : Renault Fuego Turbo

  • 1984-1989 : R11 Turbo

  • 1984-1991 : Alpine GTA

  • 1985-1991 : Renault Supercinq GT Turbo

  • 1985-1986 : R11 Turbo Zender

  • 1986-1989 : R9 Turbo

  • 1987-1994 : R21 2L Turbo

  • 1989-1996 : R19 16S et 16V

 

  • 1990-1992 : R25 V6 Turbo

  • 1991-1996 : Renault Clio 16S et 16V

  • 1991-1995 : Alpine A610

  • 1993-1996 : Renault Clio Williams

  • 1993-1996 : Renault Safrane Biturbo

  • 1997-1999 : Renault Spider Renault Sport

 

  • 2000-2006 : Renault Clio II RS 2.0 16V, RS 2.0 16V Jean Ragnotti

  • 2000-2005 : Renault Clio V6 Renault Sport

  • 2004-2009 : Renault Mégane II Renault Sport, F1 TEAM, R26R

  • 2006-2012 : Renault Clio III Renault Sport, F1 TEAM R27 , RedBull Racing , Gordini

  • 2008-...  : Renault Twingo II Renault Sport, Gordini RS

  • 2009-...  : Renault Mégane III Renault Sport

 

  • 2013-...  : Renault Clio IV Renault Sport

Modèle : 19 16S Cabriolet Karman

Phase : 1

Nombre : 29 222 ex. (Phase 1 & 2)

Année de production : 1991-1993

Code Véhicule : D53D


Moteur :

Ref : Code F7P
Type : 4 cyindres en ligne (16 soupapes)

Position : Transversal avant

Energie : Essence

Culasse/Bloc : ?
Alimentation : Injection electronique multipoint

Suralimentation : Non

Type Turbo : Non

Pression Turbo : Non
Cylindrée : 1 764 cm³
Alésage x course : 82 x 83.5

Compression : 10:1

Distribution : Double arbre à came en tête
Arbre :
?
Régime maxi : 7 000/min

Puissance fiscale : 9cv
Puissance maxi : 140ch à 6 500 tr/min

Puissance au litre : 79 ch/l
Couple maxi : 164Nm (16,7 mkg) à 4 250 tr/min

Couple au litre : 93 mkg

Type huile : 15W40

Capacité huile : 6.25L

Transmission :

Ref : ?

Type : Traction, 5 rapports mécaniques manuels

Type huile : ?

Capacité huile : ?L

Filtre : Purflux LS532

 

Carrosserie et châssis :

Type : Cabriolet 3 portes
Cx : 0,33

SCx : 0,59
Suspension avant : Mc Pherson

Suspension arrière : Essieu à 4 bras tirés

Direction : Crémaillère, assitée

Diamètre de braquage : 10 m
Freins avant : disques vent. 250 mm
Freins arrières : disques vent. 238 mm

Poids :

Constructeur : 1 135 kg

Répartition AV/AR : ??/??
Rapport poids/puissance : 9,4 kg/ch

Dimensions - capacité :

L/l/h : 4 162 - 1 696 - 1 400 mm

Empattement : 2 540 mm

Voies AV/AR : 1 426/1 406 mm
Jantes avant/arrière : 15 Alu
Pneumatiques avant/arrière : 195/50/15
Carburant : 55 l

Budget :

Prix d'origine : 24 700€ (162 000Fr)

Cote 2013 : ?€ (?Fr)

Performances :

400  m D.A. : 16"7
1 000 m D.A. : 31"0
0 à 100 km/h : 9"9
V. max. : 205 km/h

Documentations :

MR 293 (moteur)

MR 294 (carrosserie)

PR 1212

MA R19 16S CAB

Oh là là, ça fait combien de temps que je n'ai pas acheté une voiture ?

Et bien ça fait 15, mais pas 15 ans comme une grande majorité des gens, mais bel et bien 15 mois. Et pour tout dire çà me manque.

Mais bon, ce n'est pas le tout de vouloir acheter un nouvelle Youngtimer, il faut d'abord savoir quoi rechercher. Bien heureusement, je suis un garçon qui ne manque pas d'idées.

J'ai toujours aimé la R19 16S avec son petit look sympathique, mais sans plus. Aussi, je n'ai jamais raffolé des cabriolets. Mais lorsque l'on mélange R19 16S et cabriolet et bien à mon humble avis, on tombe sur un petit bijou, la R19 16S Cabriolet Karmann. Avec sa teinte grise, jante tourbillon et intérieur cuir, c'est pour moi un vrai bijou !!!

Rajouté à cela deux choses importantes, une popularité importante et un nombre d'exemplaire très limité en phase 1 (entre 1991 et 1992), çà constitut pour moi le parfait cabriolet à avoir.

Voilà bien longtemps que je flâne sur les sites d'annonces automobile afin de trouver cette perle rare.

TROP RARE ???
Peut-être bien !!!

Jusqu'au jour de mai 2016 ou je tombe sur ce que je n'attendais plus. Pilpoil ce que je recherchais. Grise, jantes tourbillon, intérieur cuir, un état apparemment irréprochable, kilométrage non traçable et prix raisonné, et tout çà en Ile de France.

En seulement une semaine, je prends contact avec le vendeur, fais la visite du véhicule et dans la foulée négocie l'auto à 3 600€ (prix initial 3 900€). Et pour cause, je ne veux pas la louper celle-ci. Je pars en vacances à St-Jean-de-Luz et je ne veux pas qu'elle me passe sous le nez.

Les points positifs :


+ la carrosserie est dans un très bon état

+ la peinture est vraiment belle
+ l'intérieur cuir en option est superbe

+ le compartiment moteur est vraiment sain

+ les jantes "tourbillon" en option sont OK

+ le vendeur est cool et fan du modèle

Les points négatifs :


​- Griffure sur le pare-choc arrière
- Eclat de peinture sur le capot moteur
- Rétroviseurs électrique plus que fatigué

- Véhicule rabaissé

1/3

DECEMBRE 2016

Cette hauteur de caisse me turlupine depuis l'achat de l'auto, s'est donc en quête de la remettre d'origine que je me rends chez mon cousin Dimitri. En amenant l'auto à Vaucouleurs, je me suis rendu compte d'un bruit persistant et prononcé au niveau du train avant. Je pense que les roulements sont plus que fatigués et qu'un changement s'impose, chouette du boulot en plus !!!

L'auto au dessus de la fosse, les bleus de travail correctement ajustés, c'est parti pour démonter les amortisseurs. C'est un vrai jeu d'enfants. En deux temps 3 mouvements l'amortisseur avant gauche est démonté, le ressort sorti. Après avoir vérifié la référence de mes amortisseurs actuels, il s'avère que j'ai des BOGE 77 00 789 515 .Bonne nouvelle c'est la monte d'origine. Par contre, mes ressorts sont des EIBACH, marque très réputée dans le sport auto mais du coup raccourcis. Afin d'avoir une hauteur de caisse attendue, j'avais au préalable fais acquisition de nouveaux ressorts neufs trouvés une fois de plus sur Leboncoin, ref: QUINTON HAZELL QSS185

Naïvement, je fais acquisition de ces ressorts en m'assurant auprès du vendeur qu'ils étaient bien compatible 16S Phase 1. Pour autant, une fois l'amortisseur démonté, le constat affligeant est que celui-ci est beaucoup trop large à sa base et donc pas compatible avec mes amortisseurs. La grosse loose :(

En voir plus

J'ai donc pas mal cherché sur le forum 19inside.fr, sur Internet en général des informations qui me permettront de trouver quoi acheter comme ressort. Et là mauvaise surprise, pas moyen de trouver les bonnes références. 

  • Il y a les ressorts d'origine Renault avec leur code couleur incompréhensible (blanc/vert, vert/vert, vert/violet, orange/blanc, etc etc.)

  • Il y a les 2eme monte malheureusement sans distinction aucune du tarage des ressorts, donc sans garanti de retrouver la configuration d'usine et le comportement d'origine de l'auto

 

J'utilise alors DIALOGYS (le référentiel RENAULT indispensable) en me disant que j'allais être fixé. Et bien non, pas mieux :(

Pas le choix, je me rends dans une concession ou le mec me reconnait depuis le temps que viens le voir avec mes vieilles guimbardes. La réponse ne se fait pas attendre "il faut regarder ce que vous avez actuellement dessus, nous on ne peut pas trouver". Super les gars, très Pro et moi du coup je ne suis pas plus avancé.


La remise au propre du train avant va devoir attendre :(

??? 2017

<TROUVER LES BONNES PIECES>

 

Avant de faire quoi ce soit, une prise de côte s'impose. Ci contre le schéma officiel de prise de mesure de la garde au sol de nos R19. Consignes :

  • La mesure des hauteurs sous coque s’effectue véhicule à vide sur une aire plane (de préférence sur un pont) :

                     - réservoir à carburant plein,

                     - pression des pneumatiques vérifiée.

  • H1 et H4 cote de l’axe des roues au sol.

  • H2 cote du longeron avant au sol dans l’axe des roues.

  • H5 cote de l’axe de la barre de suspension au sol.

Pour ce faire, il suffit de calculer la différence entre les cotes :

  1. H1 et H2 pour l’avant,

  2. H4 et H5 pour l’arrière.
     

Les valeurs attendues pour les R19 code D53D s'entendent de la manière suivante :

  • 120mm pour l'avant

  • 54mm pour l'arrière

  • avec une tolérance de +- 7,5mm

  • L'écart entre coté gauche et droit d'un même essieu ne doit pas excéder 5mm, le coté gauche étant toujours plus haut.

PUBLICITES D'EPOQUE

  • google-plus-square
  • twitter-bird2-square
  • facebook-square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now